Dimanche 13 août 7 13 /08 /Août 08:53

Pour tous ceux qui visitent mon blog et qui continuent à le visiter la suite et la fin de ce premier texte avant de passer à un autre...

R E G A R D S    C R O I S E S  (3)

 

 

 

 

 

- Qu’est-ce tu fabriques ?!… Tu m’oublies ?… T’avais promis…  - Hein ?!… Mais on s’est quittés hier… - Justement !… Ca fait long… Pas pour toi ?… - Si !… Pour être franc, si !…  - Eh ben alors !… Arrive !… Je t’attends…

 

 

 

 

 

Elle avait acheté des huîtres et des moules et du vin blanc… - Et du bon !… Qu’on ait l’impression d’être encore un peu là-bas… - Tu étais si sûre que je viendrais ?… Elle m’a fixé droit dans les yeux… - Oui…  Je te connais un peu quand même maintenant !… Mais dis-moi… Je voudrais te demander quelque chose… Qu’est-ce que tu penses de moi ?… Mais tu me réponds vraiment, hein, sans tricher!… - Comment ça qu’est-ce que je pense de toi ?… - Si t’avais mon âge et que tu saches tout ce que tu sais sur moi tu sortirais quand même avec moi ?… - J’hésiterais pas une seule seconde…      - Je peux leur dire aux mecs alors, tu crois ?… - Surtout pas !… - Eh ben voilà !… Je le sais en plus… Pourquoi ils sont aussi cons ?… Bon, mais laisse tomber… On s’en fout…

 

 

 

 

 

- T’as vu ce que je fais ?… Des moulages… De visages… De branches d’arbres…D’objets de toutes sortes… Des quantités de moulages… De toutes tailles… De toutes… - Mais c’est autre chose que je voudrais faire en moulage… Tu devines pas quoi ?… Mais ça à qui tu veux que je demande à part toi ?

 

 

 

 

 

- Ca y est !… Elle est finie… Elle l’a victorieusement brandie, posée entre nous sur la table, délicatement parcourue, effleurée, de bas en haut, de haut en bas du revers de la main…        - Elle sera à moi quand je voudrai maintenant… Comme je voudrai… Même que tu sois pas là… Tout le temps je pourrai la regarder si j’ai envie… Elle a refermé les doigts dessus… Je peux coucher avec toi sans coucher si je veux… Sans même que tu le saches… Mais tu sais ce que j’aimerais surtout un jour?… C’est l’avoir dedans et la regarder en même temps en vrai… Tu me trouves tordue, hein ?!… Non ?… On le fait alors ?… Et elle a sorti le bandeau…

 

 

 

 

 

Elle a bougé, haleté, gémi, bougé plus vite et puis elle s’est approchée, m’a effleuré la joue avec dans l’obscurité, l’a lentement promenée sur mon front, mes paupières, mon nez, mes lèvres… - C’est encore plein de moi dessus… Tu sens ?… Salée acide en long va-et-vient tiède dans la bouche… - C’est bon ?… Tu aimes ?… Elle l’a fait glisser tout au long du torse, à petites pressions douces, jusqu’en bas… Là, elle l’a pressée contre l’autre, caressée avec l’autre tout du long… Et puis longtemps bout contre bout… - Qu’est-ce que ça te fait ?… Ca te plaît ?… Elle l’a poussée plus bas entre les fesses jusqu’à l’entrée qu’elle a cernée avec obstination… Elle s’est éloignée, est revenue… - Tu voudrais pas ?… Tu voudrais pas que je te le fasse ?… Que je te mette, moi, toi en toi ?… Et je me suis retourné sur le ventre… Elle a pris tout son temps… Elle a longé, parcouru et reparcouru le sillon, s’est approchée toujours plus près, encore plus près, a délicatement fouillé, écarté, exploré… Et puis il y a eu ses doigts avec quelque chose de liquide, d’humide et de froid… Et elle l’a entrée, l’a très lentement poussée avec d’infinies précautions… Loin…

 

 

 

 

 

Au réveil sa main était posée sur moi… - Comment ça vit une bite finalement !… Ca arrête pas de bouger, hein !… Même quand tu dors… Elle est venue nicher sa tête au creux de mon épaule… - Il doit pas y en avoir beaucoup qui se sont eus eux-mêmes dedans comme ça !… Ca t’a plu en tout cas!… Et pas qu’un peu !… Mais ça j’en étais sûre… Et puis c’est le seul moyen pour vous d’essayer de savoir un peu ce que nous on sent quand on vous a à l’intérieur… Elle s’est brusquement redressée sur un coude… - Tu sais pas ?… Tu sais pas quoi ?… Je vais en faire une deuxième… Comme ça on pourra se le faire l’un l’autre, l’avoir tous les deux dedans derrière en même temps… Sentir exactement la même chose ensemble… Et ce sera avec la tienne en plus… Personne aura jamais connu ça… Personne… Que nous…

 

 

 

 

 

On l’a fait… Penchés tout près l’un sur l’autre… Ouverts, offerts, tendus, impudiques… On s’est simultanément pénétrés… Avec une infinie douceur… Une infinie lenteur… Un infini bonheur… Et on s’est rejoints en haut… Enlacés… Visage contre visage… Elle a souri…- Tu te verrais !… Dans tes yeux il y a un truc qu’il y a jamais eu… Que ça fait remonter… De tellement loin ça vient… Tu peux pas savoir ce que ça me fait que ça te fasse ça… On n’a pas bougé… Nos plaisirs ont surgi l’un derrière l’autre… Elle m’a retenu… - Reste !… Reste comme ça!… On les garde…       

 

 

 

 

 

- Ca y est !… Ca y est !… Je l’ai retrouvé Maxime… Depuis le temps que je le cherchais… Depuis qu’on est revenus de Bretagne la première fois… Mais ça y est!… On a passé l’après-midi à discuter… De plein de choses… De toi aussi… On va se revoir… On se l’est promis… Et je te le ferai rencontrer… Je lui ai dit… Tu verras… Tu sais que c’était mon premier amour Maxime… Il était en première, moi en troisième… C’est avec lui que tout a commencé… Son père était gardien de stade…  Et un dimanche: - Je vais te montrer quelque chose, mais tu me jures que tu diras rien ?… Jamais… A personne… - Non… C’est quoi ?… - Viens !… Et on est allés s’enfermer dans une sorte de placard à balais qui donnait, en les surplombant légèrement, sur l’alignement des douches… On a attendu… Longtemps… Sans parler… On entendait des cris, des applaudissements, les coups de sifflet de l’arbitre… Un coup de sifflet plus long, strident… Maxime a murmuré… - C’est fini… Il s’est mis à respirer plus vite… Il y a eu une cavalcade… Un grand brouhaha… Et ils sont arrivés… Se sont précipités tous ensemble sous la douche… Maxime avait des yeux de fou… Alors moi aussi j’ai regardé… regardé tant que j’ai pu… En course avide et affolée de l’un à l’autre… Après, dans sa chambre, il a voulu savoir… J’avais aimé ?… - Hein ?!… Ah non… Non… Je ne le lui aurais avoué pour rien au monde… - C’est dégoûtant de faire des choses pareilles… Ca ne l’a pas empêché de vouloir y retourner… Aussi souvent que possible… Je me faisais un peu tirer l’oreille pour la forme, mais je finissais toujours par céder… J’en avais tout autant envie que lui… De plus en plus envie… Pour ma plus grande honte… Et puis un jour il a déménagé… Il m’a laissée sans nouvelles… J’ai continué toute seule, en secret… Chaque fois que je pouvais… partout où je pouvais… Comment je me sentais coupable !… Insupportablement coupable… Jusqu’à ce que te rencontre cet été et que tout devienne tellement simple d’un seul coup… Il fallait que je lui dise tout ça à Maxime… Qu’on en parle… Qu’il sache…

 

 

 

 

 

- Tiens, c’est la sienne à Maxime, regarde !… En moulage, elle aussi… - Comment tu la trouves ?… Tu voudrais pas que je te le fasse avec ?… A lui je lui ai fait hier… Et puis avec la tienne après… Comment j’aimerais ça vous voir vous faire des trucs l’un à l’autre tous les deux… Plein de trucs… Tout… Il sera là demain soir… Tu viendras ?…

 

 

 

 

 

 

 

 

Par François - Publié dans : regards.croises
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 10 août 4 10 /08 /Août 07:37

Merci à tous les visiteurs de ce blog qui en est encore à ses tout premiers balbutiements... N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires ici ou en mail...

En attendant voici la "suite" de ce premier récit...

 

R E G A R D S     C R O I S E S  (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a appelé trois jours plus tard… - Salut !… C’est moi… Morgane… Dis-moi un truc : il y a un pont pour le 15 août… Tu fais quelque chose de spécial ?… Non ?… Si on retournait là-bas alors ?… Tous les deux… Mais tu dis rien à personne, hein !… Ca les regarde pas… Alors ?… C’est oui ?… Super !… Tu passeras me chercher ?… Je serai prête…

 

 

 

 

 

Elle était prête… - Mais on a bien deux minutes… Je les ai reçues les photos de la plage aux soldats… Tu veux les voir ?… Elle leur avait consacré tout un album… D’abord une multitude de vues d’ensemble prises à des moments différents, sous des angles toujours différents… Et puis une vingtaine d’entre eux, en gros plan, saisis au moment où ils étaient innocemment tournés vers l’objectif… - Il est super ton zoom… Et enfin un grand brun des dizaines et des dizaines de fois répété, à satiété… - Tu crois qu’il y sera encore, lui ?… Oui… Sûrement… On les change pas comme ça n’importe comment…

 

 

 

 

 

- T’as pris une tente ?… Non ?… Comment on va faire alors ?… - Il y a des hôtels…       - Oui, mais on couche pas, hein !… Ca gâcherait tout… C’est vraiment trop bien comme c’est maintenant entre nous… Tu m’as donné le droit… Si, c’est vrai !… Parce qu’avant comment j’avais honte !… Je me disais que j’étais pas normale… complètement cinglée… Comment ça pouvait me prendre la tête d’être comme ça !…

 

 

 

 

 

Elle a voulu qu’on y aille aussitôt en arrivant… - Il est même pas six heures… Il y en aura encore… Une petite demi-heure et puis elle est revenue, le feu aux joues, les yeux brillants d’excitation… - Il y en avait encore… Pas beaucoup, mais il y en avait encore… Et c’était bien… Beaucoup mieux que les autres fois… Tu verras sur les photos…

 

 

 

 

 

A côté de moi, dans le lit, elle feuilletait négligemment une revue…   - Je te demanderais bien quelque chose… - Quoi donc ?… - Tu voudrais pas me laisser regarder ?… J’ai repoussé draps et couverture, retiré mon pyjama… Elle s’est accoudée, tout près, la joue dans la paume de la main… Je pouvais sentir son souffle sur moi, léger et chaud… - Comment j’aime ça !… Des heures j’y passerais… Elle s’est longuement absorbée dans sa contemplation… - Il y en a pas deux pareilles si on étudie bien… Vous êtes tous différents… Elle s’est légèrement redressée, a cherché mon regard… - Tu sais ce qui serait bien ?… C’est que nous, les filles, on ait le droit de vous regarder comme on voudrait… quand on voudrait… Tous… Il suffirait qu’on vous demande et vous auriez pas le droit de refuser… Ou bien encore qu’il y ait un jour dans la semaine où vous seriez obligés de vous promener complètement tout nus… Partout… Oui, mais bon… Faut pas rêver… Elle est retournée en bas… - Ca te fait de l’effet en tout cas que je te regarde… Elle arrête pas d’être toute droite… Elle a passé la main dessous, y a promené ses doigts, à petites touches légères… - Tu voudrais pas te le faire ?… Elle ne l’a pas quittée des yeux… Jusqu’à la fin…

 

 

 

 

 

Derrière les rideaux tirés on devinait que le soleil était déjà haut, la matinée largement entamée… Elle avait repoussé les draps et dormait paisiblement, couchée sur le ventre, tournée de trois-quarts vers moi… Avec d’infinies précautions, centimètre par centimètre de peau, j’ai remonté son éternel tee shirt, sur les fesses, jusqu’au-dessus des reins… Elle a marmonné quelque chose et lancé une jambe au large vers l’extérieur du lit… Replis rosés, dentelés, merveilleusement ciselés… Longtemps… Un aspirateur a mugi dans le couloir… Un soupir… Un bâillement… Elle a ouvert les yeux, tourné la tête vers moi… - T’es réveillée ?… - Oh, il y a un moment… Bien avant toi… Et elle a ramené les draps sur elle…

 

 

 

 

 

On a flâné sans but sur le port, longé la plage et, à midi, on a déjeuné dans un immense restaurant à baies vitrées en bord de mer… - Tu sais que je l’ai largué mon copain ?… - Ah oui ?!… - C’est de ta faute aussi… - De ma faute ?… Allons bon !… - Ben oui… Oui… C’est quelqu’un comme toi que je voudrais trouver, mais de mon âge… Quelqu’un qui comprend tout… Que tu sois pas obligée de cacher sans arrêt ce que tu penses et ce que t’as envie… Mais des comme ça ça court pas les rues… Comment on les gêne finalement les mecs dès qu’on veut vraiment exister …

 

 

 

 

 

Elle a claqué la portière, s’est recroquevillée sur le siège… - T’en fais une tête !… Qu’est-ce qui se passe ?… - Il y avait personne… Ils sont pas venus… - Ils sont peut-être en manœuvres… - C’est gai!… Tu te tapes 500 km exprès et quand t’arrives… - Ils étaient là hier… Ils seront là demain…    - Oui… Oh, ça !… Je m’en fous n’importe comment !… Allez, roule !…

 

 

 

 

 

- Eteins !… Eteins et viens voir… Elle s’est approchée, penchée par-dessus mon épaule… - C’est quoi que tu regardes ?… - Là… En bas… Juste en dessous… Un couple… Jeune… Une trentaine d’années… Elle, elle fumait une cigarette assise au bord du lit… Lui arpentait la chambre de long en large, complètement nu, en lui parlant… Elle a fini par se lever, par se déshabiller, de dos, ses vêtements soigneusement étalés sur le fauteuil devant elle… Elle s’est retournée… Il est venu vers elle, l’a enlacée… Morgane s’est appuyée résolument contre moi… Ils se sont passionnément embrassés… - Ils vont le faire… Je suis sûre qu’ils vont le faire… Ses seins vivaient, à rythme doux, dans mon dos… Il s’est brusquement détaché d’elle, est venu vers la fenêtre, a tiré les rideaux… - Et merde !… Merde !… Quand ça veut pas ça veut pas… Il y a des jours comme ça… Et elle a rallumé…

 

 

 

 

 

- Tu dors ?… - Non !… - Tu sais ce que j’aimerais un jour ?… C’est voir deux hommes le faire ensemble… Mais pas des homos… Non… Deux qui l’auraient jamais fait… Ce serait la première fois… Alors ça ce serait un truc !… Seulement pour en trouver !… Toutes les histoires qu’ils te font avec ça !… Parce que pour nous prendre derrière, nous, ils sont toujours d’accord… Mais qu’on leur fasse la même chose à eux alors là c’est plus la même… Ils savent pas ce qu’ils perdent d’ailleurs !… C’est vraiment trop bon… Elle est restée un long moment silencieuse… Une moto est passée dans la rue, poussée à plein régime… - Et toi ?… - Quoi, moi ?… - Ben… On te l’a déjà fait ?… - Non !… - Et t’aimerais pas ?… - Je sais pas… Peut-être… Ca dépend… - Ca dépend de quoi ?… - De qui le ferait… Et comment…

 

 

 

 

 

Je me rasais dans la salle de bains… Elle a dit quelque chose du lit là-bas… - Quoi ?!… J’entends pas… Elle a encore parlé… Plus longuement…   - Qu’est-ce tu dis ?… Je me suis avancé jusqu’à l’entrée de la chambre… Et… j’ai failli bousculer la jeune serveuse qui apportait le petit déjeuner… Elle a fait un écart, m’a jeté un regard stupéfait, a rétabli en catastrophe l’équilibre compromis du plateau qu’elle a précipitamment abandonné sur le bord du lit avant de s’enfuir, écarlate… A peine la porte refermée Morgane a éclaté de rire… - C’était trop !… Sa tête !… T’as vu sa tête ?!… Et toi qui bandais en plus !… Et pas qu’un peu…

 

 

 

 

 

L’après-midi elle a voulu aller à la plage… - Ca se fait quand même des fois au bord de la mer… Surtout que… On rentre quand ?… - Demain matin… - Déjà ?… - Eh oui… J’ai un métier, moi !… - On reviendra ?…       - Il y a plus de ponts avant… novembre… - Oui, ben on se verra là-haut alors !… Je te lâche plus, moi, maintenant… Non, parce qu’avec toi je baigne tout le temps complètement dedans… Tandis que toute seule… il y a des moments, oui !… Et vachement forts… Mais c’est que des moments… - T’as vu l’heure ?… - Oui… et alors ?… - Si tu veux aller là-bas… - Ils y seront pas n’importe comment… Oh, et puis j’ai pas envie… J’en ai fait le tour d’eux…

 

 

 

 

 

On s’était installés à une terrasse de café dans la nuit tombante… Autour de nous les gens allaient, venaient, en flot ininterrompu… - Tu crois que j’en trouverai vraiment un un jour ?… - Un quoi ?… - Ben un type, tiens !… Avec qui me promener main dans la main comme les deux là… Qu’ont l’air hyper amoureux à les voir comme ça… Mais va savoir !… Tu paries qu’elle passe sa vie à faire des concessions ?… Sur tout… Juste pour le garder… Pour pas être toute seule… De plus en plus de concessions… Parce que une fois que t’as commencé tu t’arrêtes plus… Il arrive à te faire faire tout ce qu’il veut l’autre…  Il a même pas besoin de demander… Tu le fais toute seule comme une grande… Je le sais, j’ai donné… Elle a suivi un autre couple des yeux, haussé les épaules… - De toute façon…

 

 

 

 

 

  Dans la chambre elle a encore voulu… Comme le premier soir…     - Mais ça t’ennuierait si je te bandais les yeux ?… Que tu me voies pas en train de te voir… J’aimerais mieux… Elle n’a pas attendu la réponse…          - Là… Ca te serre pas trop ?… Non ?… Et elle est descendue… Le silence nous a tout entiers enveloppés… Elle était tout près… Si près… De longues minutes… Et puis elle a posé sa joue dessus… Elle a respiré plus fort… plus vite… Il y a eu des chuintements, des clapotis… Elle a haleté… Et s’est décidée d’un coup : elle a passé une main entre mes fesses, a cherché… fouillé… écarté… introduit un doigt enduit de mouille… un autre… les a enfoncés… laissés… bougés… Il y a eu mon plaisir… Et puis le sien…      Elle a déposé un baiser tout au bout, retiré le bandeau… - Tu vois bien que tu aimes !…  Elle est venue se blottir dans mes bras… - Mais c’est encore mille fois mieux avec une queue… Et elle s’est endormie…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par François - Publié dans : regards.croises
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 5 août 6 05 /08 /Août 22:03

Depuis toujours je suis fasciné par les regards... Regards volés... Regards offerts... Regards capturés...

Et par les au-dessous du regard: ce qu'ils suggèrent... ce qu'ils retiennent... ce qu'ils abandonnent...

Depuis longtemps j'aime écrire des "histoires" qui mettent en scène le regard... Histoires vraies ou rêvées... Douces ou cruelles ou... les deux à la fois...

J'ai eu envie de regards sur elles... D'où - aujourd'hui - ce blog... et un tout premier texte qui devrait être suivi de beaucoup d'autres...  

  

 

REGARDS    CROISES 

 

 

 

 

 

 

 

Les Duval avaient beaucoup insisté : - Mais si, viens avec nous !...C’est fabuleux la Bretagne… Et puis tu vas voir ce petit camping qu’on a découvert… Mais si, allez, viens!... Ce sera sympa…  

 

 

C’était sympa… On ne parlait pas boulot… On prenait le temps de vivre : apéritifs interminables devant la tente, ventrées gigantesques d’huîtres et de moules, après-midi de plage ensoleillée…

 

 

Leur nièce Morgane les avait suivis… C’était une petite brunette de 20 ans aux yeux de feu qui examinait tout et tout le monde avec beaucoup d’attention, parlait peu et s’absorbait des heures entières dans ses lectures…

 

 

 

  

 

J’aimais me lever tôt quand tout dormait encore, que le soleil n’était pas trop haut, la chaleur pas trop étouffante… Avant de partir seul pour une longue promenade en front de mer j’allais prendre une douche rapide… Dans toutes les parois qui séparaient les cabines de petits trous circulaires avaient été amoureusement et soigneusement percés, à bonne hauteur - sans doute par un voyeur impénitent - et le soir, au retour de la plage, j’en profitais, quand la chance me souriait, pour contempler avec ravissement les charmes de mes voisines de hasard… Mais le matin, à cette heure-là, il n’y avait généralement personne…

 

 

Sauf que ce matin-là… Un trottinement sur le ciment… Qui s’est arrêté… Quelqu’un est entré à côté… La porte métallique s’est refermée avec fracas… Un raclement de gorge… féminin !... Une aubaine… J’ai continué à me doucher tranquillement pour laisser à l’inconnue le temps de se déshabiller, de se mettre en place… Et je me suis penché d’un coup, l’œil brusquement rivé à l’orifice, pour me trouver nez à nez - si on peut dire - avec un autre œil en gros plan, vert, tout irisé de reflets dorés, un autre œil à la pupille dilatée qui s’est aussitôt évanoui…

 

 

Le silence de part et d’autre de la cloison… Un silence plein, compact, immobile qui s’est éternisé, figé dans l’attente… l’attente d’on ne savait trop quoi… De toute façon tant que je serais là elle ne se doucherait pas… Elle ne sortirait pas non plus… Alors je me suis décidé… J’ai quitté la cabine, puis le bloc sanitaire en traînant des pieds pour revenir aussitôt m’asseoir silencieusement sur le banc juste en face, déterminé à attendre le temps qu’il faudrait pour mettre un visage sur cet œil furtivement entraperçu…

 

 

A l’intérieur elle s’était rassurée… L’eau a longuement coulé… Elle s’est lavée, rhabillée… Elle est sortie… C’était Morgane !… Morgane qui a poussé un petit cri d’épouvante en m’apercevant… qui a esquissé un mouvement de repli précipité vers la cabine… qui a renoncé… A quoi bon ?... Trop tard… Je l’avais vue…

 

 

Ecarlate, elle est passée devant moi sans un mot, sans un regard… Et elle a fui… fui vers nos tentes là-bas… tête baissée… aussi vite qu’elle pouvait… Elle s’en est arrêtée à quelques mètres, m’a attendu sans se retourner… Quand je suis arrivé à sa hauteur elle a interrogé d’une voix blanche - Tu vas le dire ?... Le regard implorant… - Je sais pas… Ca dépend… Oui, ça dépend… Je vais faire un tour… Tu viens avec moi ?... On décidera…

 

 

 

 

 

 

On a marché côte à côte, sans un mot, jusqu’à la mer qu’on a longuement contemplée… - Tu fais ça souvent ?… - Oh non, non !… C’est la première fois… J’ai éclaté de rire… - Forcément !… C’est la première fois… Tu vas pas dire le contraire… Elle m’a jeté un bref regard, s’est absorbée dans l’observation attentive d’un voilier qui dérivait lentement là-bas… - Tu caches bien ton jeu, hein, finalement !… A te voir comme ça on te donnerait le bon Dieu sans confession… Et dès que l’occasion se présente tu vas examiner l’anatomie des messieurs… Oh, mais fais pas cette tête-là !… Ca t’intéresse… Et alors ?!… C’est parfaitement normal… C’est le contraire qui le serait pas… Deux mouettes furieuses nous ont survolés en hurlant… - Mais dis-moi un truc… là… entre nous… Tu savais que c’était moi dans la cabine à côté ou bien c’était le hasard… Elle a longuement joué avec ses mains, m’a regardé droit dans les yeux… - De toute façon tu me croiras pas… On est descendus sur la plage et on a longé la mer de tout près… Les vagues nous ont léché les pieds… - Tu sais ce qu’on va faire ?… Demain matin on retournera là-bas… Et je te regarderai de la cabine d’à côté… Sinon je raconte tout… - Tu diras rien… Tu serais aussi emmerdé que moi… Toi aussi t’as voulu voir…

 

 

Au retour les Duval étaient levés… - Ben alors ?!… Où vous étiez passés ?… Oh, ils ont ramené les croissants… Vous êtes des amours…

 

 

 

 

 

 

Le lendemain matin, là-bas, j’ai attendu… Longtemps… Elle ne viendrait pas… Non, elle ne viendrait plus… J’allais renoncer quand… des pas enfin !… La porte juste à côté… Les frôlements soyeux des vêtements qu’on quitte… Et, à travers le petit orifice circulaire, elle est apparue plein cadre, de profil, du haut des cuisses aux hanches… L’eau a ruisselé… Tout en se savonnant elle a lentement… très lentement… progressivement… pivoté sur elle-même pour finalement m’abandonner complètement deux amours de petites fesses tendues et bombées à souhait… Longuement… Un brusque demi-tour sur elle-même… Quelques heureuses et brèves secondes pour me repaître avec bonheur de la fine toison en treillis sur le fendu délicieusement ciselé… Et elle a disparu… Le râpement de la serviette de bains sur la peau… C’était fini… A nouveau les vêtements… Je suis sorti… Elle aussi… Presque aussitôt… - Bonjour !… Ce n’était pas Morgane, mais la fille d’une grande  tente bleue à l’autre bout du camping là-bas…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A midi on a gratté les moules tous les deux devant la tente… On était seuls : les Duval étaient partis chercher de la glace… - Tu n’es pas venue ce matin… - Non… Je me suis pas réveillée… - Ce qui veut dire que si tu t’étais réveillée tu serais venue ?!… - J’ai pas dit ça… - Tu veux pas que je te voie, hein, c’est ça ?!… Elle a haussé les épaules… - Oh, j’m’en fous de ça !… - Mais c’est pas ça qui t’intéresse… Ce qui t’intéresse c’est… - De toute façon c’est parfaitement normal, c’est toi qui l’as dit… - Je l’ai dit, oui !…    - Non, c’est vrai, pourquoi vous, vous pourriez avoir envie de nous voir sans arrêt toutes nues et que nous on aurait pas le droit ?… On s’est tus… Des gamins sont passés en courant dans l’allée… Elle a chassé une guêpe, avec agacement, du revers de la main… - N’importe comment ça servirait à rien que je fasse semblant avec toi maintenant puisque de toute façon tu sais… - Et ça t’ennuie que je sache ?… Elle s’est penchée un peu plus bas encore sur la bassine… - Oui… Oui et non… Personne savait jusque là… Mais d’un autre côté toi aussi tu fais pareil… Et ça peut être bien quand même que quelqu’un sache des fois… Même que ce soit un homme… Tu te sens moins toute seule… - T’en as jamais parlé avec tes copines ?… - Oui, oh ben alors là !… Pour quoi je passerais !… - Et pourtant tu paries qu’elles font la même chose ?… - Non… Mais elles en crèvent d’envie…

 

 

 

 

 

 

- Tu viens ?… Je vais te montrer quelque chose… - C’est quoi ?… - Viens !… Tu verras bien… Et on a abandonné les Duval sur la plage dans la touffeur de l’après-midi…       - Où ils vont encore courir ces deux-là ?… - On rentre… On a trop chaud… J’ai pris la route de la corniche… Elle n’a plus rien demandé… plus rien dit… J’ai garé la voiture dans un petit chemin ombragé et on a attaqué le sentier à pied… - T’as pas vu là?… Zone militaire. Entrée interdite… - T’occupe pas !… Viens !… Tout au bout on s’est arrêtés, on s’est allongés côte à côte à plat ventre dans les ajoncs… - Eh ben ?!… Qu’est-ce qu’il y a à voir ?… - Attends !… Attends !… Ca va venir !… A peine dix minutes et les premiers sont apparus en course échevelée vers la mer. Nus. Tout nus… Suivis d’une dizaine d’autres… D’autres… D’autres encore… Je lui ai tendu les jumelles… Elle les a prises sans un mot, sans détourner la tête…  - Dis… S’il te plaît… Ca t’ennuierait de me laisser toute seule ?… Je te rejoindrai après… A la voiture…

 

 

Après… Longtemps après… Deux heures après…

 

 

 

 

 

 

Au retour dans les douches c’était l’affluence… On a sagement attendu notre tour, sur le banc, aux côtés d’un jeune homme qui lui coulait timidement par en dessous des regards enflammés… Trois cabines se sont presque simultanément libérées et elle s’est emparée, d’autorité, de celle du milieu… Je l’ai regardée regarder par l’autre trou, de l’autre côté, en face… La chevelure en pluie… La nuque… Le haut du dos dénudé… Longtemps… Et puis elle s’est redressée et elle est venue vers moi… Œil contre œil aussitôt… Comme la première fois… Œil dans l’œil… Mais elle ne s’est pas retirée… J’ai cédé… Je me suis relevé… Et je me suis douché tourné vers elle…

 

 

 

 

 

 

On est remontés lentement ensemble vers les tentes… - Il s’est fait couler, lui, à côté !… Sur un ton de tranquille constatation… - Et sûrement en pensant à toi… Vu la façon dont il te regardait… - En tout cas toi, même que tu croies le contraire, c’était la première fois que je te voyais… Si, c’est vrai, hein !… Elle a marqué une pause… - J’aime bien quand vous vous déshabillez complètement le bout comme ça… Tu peux pas savoir ce que ça me fait… Elle s’est arrêtée pour rattacher la lanière de sa sandale… Je te choque ?… - Ce qui me choque, c’est que tu regardes… tu regardes… mais tu montres pas beaucoup… - Ca viendra… - Quand ?… C’est après-demain qu’on rentre… - C’est vrai… Déjà… Et merde !… Juste quand ça commençait à devenir intéressant… 

 

 

 

 

 

 

- Tu m’y remmènes?… - Où ça ?… Ben… à la plage des soldats, tiens !… Elle a fixé la route droit devant elle… - Ca me déprime qu’on s’en aille… - Tu vas retrouver tes copines… ton petit ami… - Oh lui !… La seule chose qu’il a de bien, c’est quand ses potes viennent dormir chez lui… Il a pas de porte à sa salle de bains… Et c’est juste en face du lit…  Jérémie… tu verrais ça ce truc qu’il a!… T’arrives même pas à croire que ça existe… Mais c’est pas ça que je préfère en fait… C’est quand ils savent pas qu’on les regarde les types… Qu’ils se croient tout seuls… J’ai éteint le moteur… - Je t’attends là, je suppose… Comme hier…  - Oui… Oui… Je préfère… Elles sont où les jumelles ?… - Dans le coffre… - Je te prends ton appareil photo aussi… J’y ferai gaffe…. J’te promets…  

 

 

 

 

 

La dernière soirée on l’a interminablement prolongée au-dehors devant les tentes… Il faisait exceptionnellement chaud et elle n’était vêtue que d’un grand tee shirt blanc qui lui arrivait à mi-cuisses… Quand la nuit a commencé à tomber les Duval ont regagné leur lit… Nous, on a continué à chuchoter, plus d’une heure durant, face à face, dans la pénombre…      - On s’entend bien quand même !… Et puis tu comprends tout… Dommage qu’on se reverra plus… - Bien sûr que si !… Si on veut… - Oui, oh !… On dit toujours ça en vacances… Et puis après quand on est rentrés… Les lampadaires du camping se sont éteints… La nuit s’est faite intense brusquement… - Allons nous coucher, tiens !… - Et dire que je t’aurai même pas vue toute nue… - J’enlève mon tee shirt si tu veux… J’ai rien en dessous… Elle l’a fait, en doux frôlement soyeux… - Tu vois ?… Et elle a ri tout bas, de bon cœur… De la main, à tâtons, dans l’obscurité tout autour je me suis mis en quête de ma lampe de poche… Du bout du faisceau lumineux, dense et concentré, j’ai cherché ses pieds dans l’herbe… Ils n’y étaient pas : elle les avait relevés sur la chaise… Alors je suis lentement… très lentement remonté… J’ai trouvé les orteils… minutieusement détaillés… J’ai suivi la courbe du mollet, j’ai dessiné le genou, à petites touches rapides de lumière… Je me suis amoureusement attardé tout au long de la cuisse,  encore et encore parcourue et reparcourue…Elle ne bougeait pas… Elle ne parlait pas… J’ai hésité et puis j’ai finalement pris la direction de la hanche, suivi les côtes, bifurqué vers le bras longé jusqu’à l’épaule, jusqu’au cou… Une lente, très lente descente mille et mille fois reprise… Les premiers contreforts du sein approché avec hésitation et puis franchement, délibérément enrobé et conquis… Tout ferme… Tout rond… Si émouvant… Je m’y suis installé… J’en ai doucement agacé et mordillé la pointe à petits suçons de lumière… L’autre… Et puis la pente du ventre jusqu’à la lisière de la toison où j’ai longuement séjourné… J’y ai pénétré… Je m’y suis enfoui avec volupté… L’encoche enfin jalousement refermée sur ses secrets… Lissée sur toute sa longueur avec obstination… Avec insistance… Avec délectation… Elle s’est imperceptiblement entrouverte… Alors j’ai éclairé mon désir dressé… ma main sur lui à la recherche de mon plaisir… Et je suis revenu aussitôt entre ses jambes… Elle… Moi… Elle… Moi… En un vertigineux va-et-vient… Elle s’est plus franchement… plus généreusement ouverte… écartée du bout des doigts… Ca a surgi sous son regard…  

 

  

Par Fabien - Publié dans : regards.croises
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Calendrier

Juin 2017
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus